COOKIES ON MARKEM-IMAJE WEBSITE

To give you a better experience, we use cookies on our site. If you continue without changing your settings, we will assume you agree to receive all cookies on the Markem-Imaje websites.
If you want to know more about cookies and/or change your settings click on the "find out more" link.

To find out more information about cookies and how they're used on the Markem-Imaje website, visit our privacy policy page.

Sur le marché de

Crèmes glacées, un marquage ultra-frais

Réglementation européenne oblige, tous les fabricants de crèmes glacées devront être à même de marquer aussi bien les cartons d’emballage que les sachets individuels d’ici à 2014. Une nouvelle donne qui oblige les professionnels du secteur à revoir leurs équipements de marquage. Enquête sur un nouvel âge de glace.

« Nous attendons de nos fournisseurs des solutions adaptées à nos besoins opérationnels. Markem-Imaje a su nous proposer une solution qui facilite le nettoyage et la maintenance en permettant à notre personnel d’accéder aisément aux imprimantes. »

Anke Speckhahn, responsable marquage-codage Unilever Europe

La standardisation du marquage est en marche et le secteur des crèmes glacées n’échappe pas à la règle. «Comme tous les snacks, les glaces conditionnées en emballages individuels dans l’Union européenne devront, à partir de juin 2014, afficher un code spécifique même si la boîte qui les contient est déjà marquée», explique John Testar, responsable grands comptes pour Markem-Imaje. Une directive -2000/13/EC- qui oblige les industriels du secteur à réviser leurs processus de codage. Toutes les technologies de codage ne sont en effet pas adaptées à cette évolution. «Fabriquer des glaces est complexe et salissant. Les matériels de codage doivent prévenir un double risque : celui de “salir” la glace, mais aussi celui de provoquer un arrêt de la production si la crème atteint la tête d’impression», détaille John Testar. Dès 2006, les deux géants du secteur – Nestlé et Unilever – cherchent donc à éliminer ces risques de leurs lignes. Ils se tournent vers le laser. Cette technologie s’avère idéale pour préserver l’intégrité de la crème glacée, une priorité pour les industriels, et assurer l’efficacité maximale des lignes.

DÉFIS TECHNOLOGIQUES
Surtout, cette solution permet de relever les défis liés à la nouvelle obligation. Le laser peut marquer les couvercles des boîtes en carton comme les sachets individuels en PP. «Une véritable gageure ! La hauteur de marquage fait 5 mm au mieux et seul le bord scellé doit être imprimé, afin de garantir l’étanchéité de l’emballage. De plus, les lignes de conditionnement sont le plus souvent multipistes, ce qui oblige à intégrer plusieurs têtes dans un espace très restreint», poursuit John Testar. Les industriels demandent également que le matériel soit totalement sécurisé pour les opérateurs, qu’il puisse être déplacé facilement lors des opérations de nettoyage et de maintenance et que les arrêts de ligne soient le plus minimes possible. Les fabricants d’imprimantes doivent donc fournir des équipements spécifiquement adaptés. Markem-Imaje, qui a déjà intégré cette nouvelle donne, propose une solution complète s’appuyant sur ses codeurs laser grande largeur HD. Une longueur d’avance qui lui permet de regarder vers les défis de demain : codage séquentiel, codes promotionnels, nouveaux formats… et nouveaux marchés. L’Asie, qui est déjà le plus gros consommateur de crèmes glacées, devrait encore accélérer sa production dans les années à venir, avec une croissance estimée à plus de 6% d’ici à 2015.

Données

77,3 milliards d’unités dans le monde, dont 48,7 en Asie.
71,5 milliards de dollars de revenus générés en 2012.

 

 

Focus sur...

Une solution complète

7031 LHD IP65 0°
Sur le marché depuis début 2013, le codeur laser 7031 LHD IP65 0° est spécialement étudié pour répondre aux besoins des fabricants de crèmes glacées. Premier avantage : sa tête d’impression à 0°. Installée verticalement, elle permet une intégration au coeur des lignes de fabrication. Autre atout : son indice de protection IP65, gage d’étanchéité à l’eau, qui peut supporter les nettoyages fréquents et intensifs des lignes de conditionnement. Couplé au FS400, un accessoire qui refroidit la tête laser et filtre l’air ambiant, ce nouveau codeur n’a pas besoin d’air usine pour fonctionner, un plus technique qui réduit significativement les coûts d’utilisation. Enfin, la grande zone de codage – jusqu’à 300 mm par tête ! – permet d’optimiser le nombre de têtes installées. Une offre innovante et sur mesure qui a déjà séduit les grands acteurs du marché comme Unilever et Nestlé.
 

 

Haut de page